Ce qu’il faut savoir sur le marché immobilier dans les métropoles

Dans une zone urbaine ou dans les grandes métropoles, les acteurs immobiliers profitent des prix de location et de vente de bien, élevés pour y assoir leur notoriété. En effet, le marché immobilier dans ces grandes villes a un aspect particulier dont on décrira dans cet article.

Un marché prisé par les grands investisseurs

Ce niveau du marché immobilier considère des acteurs dans l’investissement immobilier par métier et qui investissent dans ce secteur afin de générer des marges bénéficiaires conséquentes. De ce fait, la propriété est à la possession de ceux qui détiennent les capitaux. Ces deniers qui sont séparés des objets qui font l’objet d’un principe locatif. Dans ce cadre, l’offre et les investissements dans ces milieux ne visent pas la consommation à proprement parlé du bien, mais de rendre l’argent placé plus rentable et le fructifié. En effet, le marché immobilier en métropoles et par extension, les zones citadines sont des zones qui ont été depuis un certain temps, accaparées par les capitalistes et les établissements financiers tels que les banques ou les maisons d’assurance. Ces établissements sont principalement intéressés par les revenus que génère la location à long terme des immobiliers, ou encore en assurant la revente, tout en profitant des plus-values.

Motivation des investisseurs sur ce marché immobilier

Les intérêts poussés de ces établissements se font surtout dans les zones métropolitaines, depuis la crise de 2001. Un intérêt qui fait suite aux restructurations institutionnelles constatées au niveau des marchés financiers, mais aussi devant l’essor de la gestion centralisée de l’épargne collective par des acteurs qui font des investissements institutionnels. D’un autre côté, cet intérêt provient également de la dotation d’objets qui découlent de l’externalisation et de la privatisation des sociétés et des organismes publics dans divers pays. En ce sens, les revenus issus des valeurs locatives sur les résidences sont complétés par les revenus issus de l’immobilier d’une société et des grands bâtiments comme les immeubles à usage et fonction multiple mais aussi, des programmes qui permettent de revitaliser les zones urbaines ainsi que les diverses infrastructures. Par conséquent, le capital financier qui se matérialise dans les métropoles engendre des changements dans le lien qui existe entre les acteurs de la promotion et ceux qui investissent. Le métier de constructeur, dans ce cadre, joue un rôle primordial comme un intermédiaire entre les apporteurs de capitaux institutionnels et les actifs immobiliers. Cela, parce que les constructeurs sont en meilleures connaissances du comportement du marché local.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *